La guerre préhistorique, de Lawrence Keeley.

janvier 19, 2010

Il existe de vrais mythes autour de la guerre préhistorique, notamment celui qui dit qu’elle n’existait pas, que les peuples primitifs ne connaissent pas l’idée de guerre et vivent dans une sorte d’age d’Or innocent, que la guerre n’apparait qu’avec la sédentarisation, voire avec l’Histoire. Et il apparaît effectivement que les travaux archéologiques ignorent et refusent de voir ce qui concernerait des guerres. Or, je ne sais pas vous, mais penser que la guerre apparaît soudainement avec la civilisation, et qu’avant on avait pas eu l’idée parce que la psychologie humaine fondamentale s’en est trouvé entièrement changée, je ne trouve pas ça complètement satisfaisant comme idée. Ce que propose donc l’auteur ici, c’est donc de fouiller dans les travaux déjà existant pour prouver dans un premier temps que la guerre préhistorique n’est en rien un mythe mais une réalité très présente, et tout aussi complexe et centrale dans la vie des communautés humaines. Et pour répondre à ces questions, il est donc nécessaire de se poser en détails quelques questions passionnantes : c’est quoi la guerre ? A partir de quand on parle de guerre ? Pourquoi fait-on la guerre ? Comment ? Avec quels objectifs, quelles raisons et quelles limites ? Et le fait de répondre à ces questions dans une perspective ouverte historiquement, mais aussi culturellement (puisqu’on parle beaucoup de peuple primitifs, ce qui st ce qui permet le mieux d’approcher les fonctionnement sociaux préhistoriques), ouvre des perspectives de réflexions que j’ai trouvé passionnants. On en arrive forcément à questionner aussi la paix, et les difficultés à l’atteindre et la maintenir, mais sans angélisme ou mythologie de type age d’or, ce que je trouve intellectuellement satisfaisant mais aussi très rassurant, voire réjouissant (encore que, c’est un peu fort comme mot, vu le thème général du livre). Bref, en partant d’une question historique spécifique, on poursuit une réflexion large et passionnante de manière documentée. Non seulement je recommande vivement cet ouvrage, mais je dirais que pour l’aperçu que j’en ai eu, les choix éditoriaux faits par les éditions Tempus ne plaisent beaucoup : parler d’histoire pour parler de l’humain, des leçons qu’on peut tirer du passé.

Publicités

2 Responses to “La guerre préhistorique, de Lawrence Keeley.”

  1. vero Says:

    je deteste l’idée de la comparaison entre les peuples préhistoriques et les peuples primitifs/premiers/autochtones. Il y a juste quelques millénaires de distance tout de même… Les chercheurs sont parfois de grands paresseux et des gens sans imagination pour être obligé de passer par ce genre de comparaisons… Sinon le livre semble intéressant..

  2. sebhovart Says:

    Oui, je comprends tout à fait ton argument. Et dans le cadre de ce bouquin, je trouve le parallèle sensé. Non que l’auteur prétende qu’il s’agisse de la même chose (au contraire, il le précise justement).
    Mais en termes d’organisation sociale, il y a des parallèles évidents entre certains sociétés dites primitives actuelles et préhistoriques (et je ne parle pas de préhistoire lointaine pour le coup). Enfin, actuelles, plus vraiment, mais c’était encore raisonnablement le cas au début du siècle précédente. Et du coup, pour se faire une idée des équilibres sociaux dans ce type de groupes humains, c’est quand même, il me semble, une source de données importantes.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :