Man in the dark, de Paul Auster

février 1, 2010

J’aime habituellement bien Paul Auster, et j’ai donc lu son dernier avec intérêt, pas si récemment. J’avais plutôt apprécié, mais je dois avouer que je n’en ai pas gardé grand souvenir, ce qui est en soi révélateur. Paul Auster mêle ici deux histoires : celles d’un vieil homme convalescent dans la maison de sa fille et de sa petite-fille, toutes deux abandonnées par leurs compagnons pour des raisons différentes mais très tristes ; et celle d’une autre amérique, où les USA ne sont pas en guerre avec l’Irak mais avec eux-mêmes. Les deux sont liées parce que le vieil homme rêve cette autre amérique, alimenté par l’actualité et par le fait que l’ami de sa petite-fille est mort en Irak. Auster écrit bien, c’est acquis, je n’y reviens pas, c’est toujours le cas. Et sa métaphore de cette autre Amérique a du sens et est assez riche, amusante parfois, pertinente souvent. De la même manière que les relations des personnages sont fines et souvent touchantes. Et tout ça se combine assez bien. Maintenant, au final, et particulièrement avec du recul, j’ai du mal à dire que ça laisse un souvenir fort. C’est bien fait, les intentions et idées sont bonnes mais je ne peux pas dire que j’ai été profondément touché ou convaincu de l’ensemble. Maintenant, d’autres aimeront sans doute beaucoup et je n’ai pas de vrai reproche à faire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :