La Horde du Contrevent. De Alain Damasio.

février 11, 2010

La Horde du Contrevent a bénéficié depuis sa sortie, qui n’est plus si récente, d’un bouche à oreille très important dans le petit milieu de la fantasy francophone (voire de la SF parce que si on veut, on peut chipoter sur l’endroit où classer le roman, mais je dirais fantasy quand même après mure réflexion). Il s’agit d’un livre-univers, c’est-à-dire qu’au-delà des personnages et de ce qu’il leur arriv, et il y a de quoi faire, on prends aussi beaucoup plaisir à découvrir un monde des plus étrange et des plus riches d’idées et de concepts bizarres et inattendus. Et c’est très réussi, autant pour l’histoire que pour le monde et le dépaysement. Et pas que pour ça, pour l’écriture, l’inventivité et les réflexions et valeurs mises en avant. Oui, ça fait beaucoup. En fait, c’est la caractéristique principale de ce roman : beaucoup. De tout. Au point que certains trouveront peut-être ça surchargé, voire prétentieux et un peu lourd. Moi pas. On est pas loin de ma limite, mais pas assez pour que ça me gène, et au contraire suffisamment pour que ça me séduise et m’entraine complètement. L’histoire suit, dans un monde dominé par un vent permanent et surpuissant, une Horde, une équipe composée depuis l’enfance et dans la douleur, et chargée par l’Hordre de remonter, à pied, le monde entier contre le vent pour… pour quoi, justement, c’est une des grandes questions : trouver l’origine du vent, arrêter le vent en obtenant ds vœux miraculeux pour avoir trouvé l’extrême amont, pour prouver que c’est possible simplement. Parce que oui, pour ça comme pour le reste, l’auteur ne se laisse pas aller à la facilité, questionne, demande, donne de la cohérence et de la profondeur. Quête initiatique donc, mais de groupe, d’un collectif complexe et riche, pas d’un individu héroïque, et ça aussi c’est plaisant. D’autant que c’est très bien rendu, tout étant narré à la première personne, un système de signes codés permettant d’identifier quel personnage parle (oui, il faut un peu de temps pour ne pas revenir à la liste de référence du début, mais ça fonctionne bien), avec dont des points de vue et des styles très différents. Parce que oui, dernier point marquant, le style, c’est écrit avec beaucoup de recherche, avec des styles variés, et un vocabulaire qui aide à poser le monde et ses particularités. Au final, un livre très riche, et très prenant parce qu’on a vraiment envie de voir comment ça va déboucher, que j’ai beaucoup apprécié. Par contre, vous êtes prévenu, ça vaut vraiment le coup mais c’est un gros morceau.

Publicités

One Response to “La Horde du Contrevent. De Alain Damasio.”

  1. François Says:

    Très tentant. D’ailleurs, c’était déjà dans ma liste de livres à acheter un jour 😉


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :