Sixty days and counting, de Kim Stanley Ronbinson.

août 17, 2010

J’ai découvert après l’avoir lu que ce roman était le troisième d’une trilogie, ce qui explique peut-être que je ne l’ai apprécié que de manière mitigée. Il s’agit d’un fiction de futur proche concernant le changement climatique et les catastrophes associées, vue depuis la Maison Blanche, occupée par un président progressiste et décidé à sauver le monde. Le fait est qu’on passe beaucoup de temps à suivre différents personnages, président et conseillers, dans leur vie et leurs doutes, mais aussi certains impliqués dans des histoires de complot politique et d’intrigues d’espionnage. Ce qui, au final, m’a assez peu convaincu puisque je n’étais pas si attaché aux personnages et que ça détourne du coup beaucoup du sujet principal du livre. Ce n’est pas du mauvais boulot mais ça m’a laissé assez sceptique au final.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :