Les vieux de la vieille. De René Fallet.

septembre 2, 2011

J’ai eu envie de découvrir René Fallet grâce à l’expo Brassens (car ils étaient potes et leurs discussions sur les livres et les mots font carrément du bien). Grand bien m’en a pris : un bouquiniste haut-alpin en avait un, celui-ci donc. Pour le dire simplement : René Fallet est un écrivain, un vrai, c’est-à-dire qu’il a une maitrise des mots, des phrases, du rythme qu’on ne trouve pas souvent, de celles que n’ont que ceux qui cumulent un vrai talent et un travail de longue haleine. Donc, oui, dès la première phrase, j’ai été accroché par le style seul. Mais il se trouve que, pour le même prix, on a une vraie histoire, avec du fond. Une histoire touchante de vieux qui décident de quitter leur petit village du fond de la campagne de début de siècle pour aller à l’hospice. C’est un road trip donc, à la vitesse du vieil âne, des articulations qui grincent et des engueulades pour tout en pour rien. C’est coloré, parce que ce sont des dialogues, avant tout, et des dialogues de semi-patois de campagne, plein d’expressions amusantes et d’injures surannées. Et, pour bien finir, la fin vaut le coup justement, avec une orientation pas si attendue, et une conclusion réjouissante et touchante. Donc oui, René Fallet, ça vaut le coup, je vais en essayer d’autres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :