L’homme et la terre. D’Elisée Reclus.

octobre 8, 2011

Comment vous dire en quelques lignes le plaisir que j’ai eu à découvrir Elisée Reclus géographe, et l’admiration subséquente pour l’homme en question ? Situons en premier lieu de qui il s’agit : né en 1830, Elisée Reclus est un géographe autodidacte ayant produit une œuvre d’une ampleur remarquable, autant par sa taille que par la qualité de son contenu, et un penseur et militant anarchiste là aussi remarquable (ce qui lui valut l’exil et de nombreux ennuis, ainsi que l’oubli immérité dans lequel on été depuis plongées ses œuvres). L’homme et la terre est son dernier ouvrage, à l’origine constitué de six tomes massifs, dans lequel se trouve résumée l’essence de sa pensée géographique, mais aussi politique. En effet, Reclus considère la géographie au sens large, et analyse donc les sociétés dans leur environnement physique mais aussi social, historique et politique ; bref, c’est un précurseur des sciences sociales en général et de ce qu’aurait dut être la géographie si les universitaires ne s’étaient pas déballonnés pour en faire une science réduite à sa plus rudimentaire expression. L’homme et la terre n’est plus édité, comme la majorité des ouvrages de Reclus, ce qui est une honte tant ce qu’il y raconte est toujours d’actualité (et passionnant). Une édition condensée en deux tomes de poche datant des années 80 existe cependant et Paul, grâce lui en soit rendue, me l’a offerte. On y trouve une présentation de Reclus, sa vie et son œuvre en général, qui, si elle peut sembler longue a priori, est essentielle et passionnante, puis des extraits des six tomes, reliés par des synthèse de tout ce qui a dut être écarté. N’ayant pas lu l’original, je ne peux pas juger de la pertinence des choix faits, mais le résultat est passionnant de bout en bout et ne me semble pas trahir le propos d’origine. Reclus y parle de géopolitique, de l’évolution des sociétés du monde entier, et livre une analyse excessivement brillante. C’est à ce point précurseur que les analyses et les projections des évolutions sociales et politiques sont pour une bonne partie d’une actualité complète. Comme Reclus écrit en plus de manière remarquable, c’est un plaisir absolu à parcourir. Ce livre, essentiel, me pose au final deux questions : comment se fait-il que des écrits aussi brillants aient put être étouffés autant, et où vais-je trouver le reste des œuvres de Reclus pour me replonger en détail dans ce délice ? Donc : lisez Reclus, je suis sérieux, faut pas rater ça.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :