Doctor Who, saisons 5 et 6. Avec Matt Smith en onzième docteur.

novembre 7, 2011

Ayant découvert le Docteur, cette institution anglaise incontournable, de manière un peu morcelé, nous nous sommes finalement lancé dans un visionnage organisé en commençant par la cinquième saisons. Petit rappel : Doctor Who est une série qui a presque cinquante ans. Dans celle-ci, on suit les aventures du Docteur, un Seigneur du Temps (un alien à forme humaine, qui voyage dans le temps et l’espace), qui a, entre autre, la capacité de se régénérer et de changer d’apparence à ce moment-là. Du coup, tant en restant le même personnage, le Docteur a des visages, et acteurs donc, différents, ce qui permet une continuité tout en renouvelant son style et sa personnalité. Avantage annexe : il est donc facile de rentrer dedans en commençant avec le démarrage d’un nouveau Docteur. Ce que nous avons donc fait, en commençant avec la saison 5 de la déclinaison moderne et Matt Smith, qui incarne le onzième visage du Docteur. Fantasque, très intelligent, non-violent, hyperactif et bienveillant, le Docteur est un personnage attachant et riche, et aux valeurs réjouissantes. Matt Smith fait un Docteur particulièrement drôle, fantasque et agité, ce qui donne une série très dynamique et réjouissante. Accompagné de ses acolytes, il parcours donc le temps et l’espace, alternant des épisodes para-historiques et d’autres franchement science-fictionnesque, tout ça avec de vrais scénarios, des dialogues remarquables et des acteurs attachants et drôles. Sur ces deux saisons, le rythme est bon, et, malgré certains épisodes plus faibles, la trame reliant l’ensemble est tortueuse et franchement satisfaisante. Les scénaristes s’amusent, notamment avec les aspects un peu surannés de la série et son budget limité complètement assumé, les acteurs ont plaisir à être là tout autant et du coup : nous aussi. Avant toute chose, je dirais que c’est une série réjouissante, qui se fait plaisir, qui joue avec plein d’idées et de codes, sans jamais se prendre complètement au sérieux, mais sans jamais non plus oublier d’avoir des messages de fond, bref, sans jamais prendre ses spectateurs pour des cons. Je vous recommande donc chaudement de découvrir Doctor Who, et ce point de départ là me semble un bon choix si vous ne voulez pas reprendre plus loin avant (bon, après avoir fini ces deux saisons, nous sommes en train de reprendre à partir de 2005, mais avec un série de voyageurs du temps, ça ne pose pas tellement de problème, c’est un autre avantage).

Advertisements

2 Responses to “Doctor Who, saisons 5 et 6. Avec Matt Smith en onzième docteur.”

  1. leirn Says:

    Mon préféré reste le 9e docteur (Eccleston). Quand vous l’aurez vu, regardez Torchwood, Spin-off et anagrame de Docteur Who, avec le beau et polyvalent Jack Harkness…

  2. sebhovart Says:

    On a quasiment fini la première saisons, avec Eccleston donc, et j’aime beaucoup son accent mais ce n’est pas mon préféré pour le coup. Par contre, effectivement, Harkness est prometteur donc on testera peut-être bien Torchwood quand on aura épuisé les saisons qui nous restent du Docteur 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :