Ready Player One, de Ernest Cline.

juin 11, 2012

Ready Player One est une apogée du roman geek, empli d’un bout à l’autre de références à la culture geek, et plus largement à ses origines dans les années 80. Pour ceux, donc, dont c’est la culture, c’est en soi un plaisir d’un bout à l’autre, une sorte d’orgie de clins d’oeils, bien choisis qui plus est, et replacés dans ce qu’ils ont aujourd’hui d’important culturellement. Et à part ça, c’est un très bon roman de quête dans un futur proche. Mais si vous n’appréciez pas les références geek, je ne suis pas sur que le reste fonctionne vraiment. Parce que même la trame de fond est une trame de référence geek : une chasse au trésor géante à travers des références geek des années 80, avec une résolution particulièrement maline, en ce qu’elle défends des valeurs des hackers/geeks des origines et du rapport à la réalité. Et, oui, il y aussi des personnages, du rythme, des rebondissements et des idées originales. C’est vraiment du très bon boulot, à tous points de vue, mais, comme je le disais en commençant, c’est tellement intégralement imprégné de culture informatico-ludico-geek qu’il faut quand même en avoir quelques notions pour entrer dedans (et sans doute un peu plus que ça pour en saisir la majorité des références). Donc, pour résumer : c’est un très bon bouquin et, pour les bons geeks, c’est un bonheur absolu à ne rater en aucun cas, une orgie de références et de clins d’oeil excessivement réjouissant sur une trame solide et bien menée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :