Chroniques de Jérusalem, de Guy Delisle.

juillet 8, 2012

Guy Delisle est dessinateur de BD (et de dessin d’animation à l’origine) et voyage beaucoup, son épouse étant logisticienne chez MSF. Il profite donc de ses voyages pour découvrir des pays et régions parmi les plus compliquées et conflictuelles, et rends compte de ces découvertes sous forme de BD. Et donc, ici, un an à Jérusalem. Autant dire que question société compliquée, conflit religieux et ethniques qui ressortent dans toutes les dimensions de la vie quotidienne, il y a de quoi faire. Et c’est à mon sens la force principale de Delisle : il raconte sa vie pendant un an et comment il découvre ce pays et toutes ces partiularités, non pas par le biais politique ou théorique, mais par celui de l’impact qu’ils ont sur la vie quotidienne, la sienne autant que celle de ceux qu’il rencontre et cotoye. Son dessin étant très clair et agréable, on y entre facilement et l’ensemble se lit de manière rapide et prenante. En plus, avec un sujet comme Jérusalem, et donc Israël, la Palestine, la bande de Gaza, etc. il y a de quoi faire. Et ce n’est pas exactement réjouissant, voire ça fait pas mal peurr. Mais le prisme de l’expérience personnelle et du contact avec les gens permet de ne pas être dans le drame permanent ou la revendication, mais dans l’humain et la découverte, parfois incrédule, de toutes les particularités et drames locaux. J’en ai certainement plus appris sur Israël et Jérusalem que dans bien des articles ou écrits sérieux sur le sujet, parce que ce qu’on découvre ici fait sens et touche très directement. Ce n’est pas un regard de journaliste ou d’intellectuel théoricien, mais d’artiste et très simplement d’homme soudain transplanté dans cette ville et ce pays excessivement complexe et construits sur des conflits et des logiques souvent abherrante de l’éxtérieur. Et pour le prix, grace au dessin, on découvre aussi des lieux inédits, aussi bien historiques et impressionnants que contemporains et choquants (comme le mur et les check points). Bref, une découverte très réussie par l’autobiographie BD d’une des villes sans doute les plus complexes, difficiles et riches qui existent.

Chroniques de Jérusalem – Fauve d’or d’Angoulême – prix du meilleur album 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :