Indigo, de Reiner Knizia.

octobre 14, 2012

Indigo fait partie de ces jeux tellement simple qu’on ne peut que les aimer. Car il n’est pas que simple, il est efficace, rapide et amusant. Indigo est fondamentalement, malgré son habillage orientalo-rubanesque, un jeu de tuyaux. On connecte, on dévie et on parasite. Le fait que les tuyaux soient des rubans et les liquides ds pierres précieuses n’y change rien, mais ça fait joli. Car oui, c’est un beau jeu, aux visuels colorés et efficaces. Le mode de jeu est terriblement simple et efficace, chacun plaçant à son tour un hexagone n’importe où, constituant progressivement un réseau de tuyaux. La première finesse, vitale, est que si on cherche à amener les pierres vers sa couleur, les zones d’arrivée sont en fait toujours partagée par deux couleurs/joueurs. Du coup, on joue alternativement en partenariat avec chacun des autres joueurs contre les autres. Et la dynamique ainsi créée est excellente. En plus de ça, seconde finesse, l’hexagone que le joueur va placer est visible de tous depuis le tour précédent, ce qui amène à calculer en fonction de ce que les autres joueurs vont pouvoir faire, et de les influencer, de discuter et de négocier. Ces finesses font de ce qui aurait put être simplement un jeu de tuyau joli et efficace un jeu à la dynamique riche et socialement très engageante. Les parties étant qui plus est rapides, on les enchaîne avec bonheur. Je ne peux que le recommander, d’autant qu’il fonctionnera avec des publics très variés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :