Vaches noires, de Roland Topor

novembre 1, 2012

Aaah, Topor… Je ne m’en lasse pas. Chaque facette que je découvre de son travail, si il est différente des précédentes, est toujours complémentaire et toujours aussi plein de cette grâce et de cet humour si particulier et si profond. François Rollin parle de Topor comme d’un génie dans son introduction : je peux dire fièrement que je suis d’accord avec François Rollin. Ce récueil présente une série de courtes nouvelles (trois à quatre pages en moyenne) de Topor sur des thèmes variés. La musique de Topor est bien là, le décalage aussi, et la profondeur, la noirceur souvent. Chacun sera touché plus ou moins directement par les différents textes et les différents thèmes mais certains, notamment concernant la mort, me semblent universels et du coup incontournables. D’autres sont simplement tellement drôles et décalés que c’est juste un bonheur (Vaches noires notamment à mon sens). C’est le genre de recueils qui en ce qui me concerne réhabilitent l’art du texte court. Et pour ceux qui ne connaissent pas Topor (Téléchat ? Non?), ça peut du coup être une porte d’entrée dans son monde si particulier, dans son humour et ses obsessions.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :