Cornelius Castoriadis ou l’autonomie radicale, de Serge Latouche.

septembre 10, 2014

100914_Castoriadis

J’avais déjà, à plusieurs reprises, entendu vaguement parlé de Corneliuis Castoriadis (c’est quand même un nom magnifique), notamment en lien avec des réflexions politiques de fond sur les formes des sociétés et la manière dont elle se justifie. Je me suis donc lancé dans ce petit volume qui présente quelques extraits contextualisés d’une partie de la pensée de Castoriadis. C’est certes très réduit par rapport à ladite oeuvre, mais j’ai été vraiment très intéressé par ce qui est présenté là. Castoriadis refléchit la mythologie de la société moderne, en particulier démocratique, et la manière dont les institutions sont érigées en lois naturelles voire en système fini dépourvu d’alternatives. Il remet donc en perspective ce qui fonde les lois, et le caractère temporaire et contextuel, culturel même, de celles-ci. Lois formelles comme informelles d’ailleurs. Et sur cette base il dessine comment leur déconstruction, en particulier celles de l’idéologie de la croissance et du capitalisme, est un pré-requis nécessaire à leur remise en cause et à la construction d’alternatives, notamment de démocratie écologique dans le cas des textes présentés. C’est une réflexion profonde et passionnante, dont on ne fait ici qu’effleurer la surface, mais dans laquelle ça donne enfin de piocher un peu plus tant on est pas non plus enseveli par ce type de pensée et d’alternatives.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :