The discomfort zone, de Jonathan Franzen.

janvier 20, 2015

200115_Franzen_discomfort

J’avais beaucoup aimé les romans de Jonathan Franzen que j’avais lu (Freedom et The corrections), et j’ai testé ce petit volume autobiographique. Il me laisse un peu dubitatif. Pas en termes de qualité, mais rapport à ce que j’en garde quelques temps après la lecture, soit : pas grand chose. En effet, l’écriture est toujours aussi maitrisé, facile d’accès et pleine de sensibilité, et c’est touchant à la lecture, mais d’une manière qui est restée pour moi assez superficielle. Franzen raconte en effet son parcours, familial, scolaire, sentimental et professionnel. Enfin, des fragments de son parcours. Et je constate que beaucoup ne font que peu écho en ce qui me concerne, alors qu’objectivement, ils pourraient. Parce qu’il parle de son inadaptation dans le milieu scolaire, de questionnements de normalité et de place. Mais peut-être avec trop de distance, peut-être dans un environnement dans lequel je ne me reconnais pas assez. Je ne sais pas, je suis dubitatif, mais je ne peux que constater que la lecture a été agréable, mais que ça ne m’a pas tellement touché. Ce qui ne m’empèchera pas de retrourner un de ces jours à ses romans, notez bien, mais je ne vous conseille pas forcément ce volume-là.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :