Seveneves, de Neal Stephenson

juin 21, 2015

210615_Seveneves

Attention, Neal Stephenson ne fait pas les choses à moitié : Seveneves est un gros roman de SF qui est au final plus ou moins une trilogie en un volume. Et avec une ampleur non-négligeable. Je vais spoiler un peu, mais pas tellement plus que sur le quatrième couverture, donc si vous voulez la surprise, lisez-le directement, ça mérite. Le point de départ : la dislocation inexpliquée de la Lune. Jusque là, c’est rigolo. Mais très vite, le monde réalise les conséquences : les débris vont finir en pluie de météorites qui va stériliser entièrement la Terre, et pour longtemps. La première partie donc : comment en urgence mettre en place de quoi assurer la survie d’au moins un petit échantillon de l’expèce humaine, en orbite. Avec de chouettes personnages, et une découverte solide et détaillée de l’ISS, de plein de technologie et d’un bon bout de politique. Et c’est très prenant. La seconde partie : comment ça se passe une fois la catastrophe arrivant. Et c’est encore plus de la même chose, et beaucoup plus de tension, de rythme, de surprises, et de science (notamment pas mal de mécanique orbitale). Certes, le sujet n’est pas réjouissant, il y a de quoi vouloir de temps en temps des pauses pour digérer, mais le rythme et la tension sont telles que je l’ai dévoré. Un vrai bonheur de SF apocalyptique ultra-documentée. Et ensuite, une troisième partie très différente : cinq mille ans plus tard, où en est l’humanité. Et on est alors dans de l’anticipation un peu lointaine avec une narration et un déroulement presque plus proche de la fantasy que de la SF. Ce qui n’est pas déplaisant mais j’ai trouvé la transition, après la tension extrême de la partie précédente, un peu difficile en termes d’ambiance et de fil narratif. Mais c’est joli et plaisant quand même, et ça permet de finir sur une note beaucoup plus légère et optimiste. Au final, j’ai vraiment bien aimé, je suis toujours impressionné par Stephenson, mais en étant passionné par les deux premières et beaucoup moins par la troisième (que je trouve cependant nécesssaire, mais à la fois trop et pas assez).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :