The mongoliad, collectif

juillet 30, 2015

300715_Mongoliad1

The Mongoliad est issue d’un processus expérimental intriguant : une écriture à six auteurs, sous forme de feuilleton multimédia dans un premier temps, sur une trame approximativement historique. Dans ces auteurs, il y a Greg Bear et Neal Stephenson, ce qui m’a convaincu d’essayer. Comme je ne sais pas m’arrêter en cours de route, et qu’il s’agit d’un roman coupé en trois plus que d’une trilogie, je suis allé au bout (encore qu’il y a deux suites en fait et pas mal de textes périphériques puisque c’est le principe de l’expérience de départ), mais je n’en sors pas convaincu. Deux aspects m’ont vraiment déplu au final. Le premier, sensible tout le long : le rythme. De fait, ça n’avance pas vite, notamment les trames les plus centrales, et la multiplication des points de vue, et des fils narratifs, rends l’ensemble assez laborieux, d’autant que certaines trames arrivant en cours de route n’ont quasiment aucun lien avec le reste. Le second point, c’est que, même à l’issue des trois tomes, où la trame motrice de l’ensemble se boucle, il reste un très grand nombre de personnages et d’intrigues laissés en plan. Mais complètement en plan, avec des mystères avec lesquels le lecteur est appaté depuis le début qui ne trouve juste aucune résolution. Et c’est quand même très frustrant. Pas au point de lire un tome de plus, notez bien, mais je reste très largement sur ma faim. A coté de ça, il y a quand même des personnages intéressants (mais donc beaucoup ne servent au final pas tellement), des descriptions très détaillées des techniques de combat médiévales, orientales comme occidentales (et a priori très justes vu le niveau de maniaquerie sur le sujet de l’ensemble des auteurs, ce qui sera un vrai atout pour les passionnés, mais pour les autres, ça rappelle plus Les chevaliers du zodiaque avec des combats qui durent des pages, décrits geste par geste), et un cadre historique riche et bien documenté. Comme le titre l’indique, l’ensemble se déroule en 1241, soit la fin de la grande vague des invasions mongoles en Europe, et la découverte de l’ampleur de la chose, et de la culture mongole sont intéressantes, mais ça ne sauve quand même pas l’ensemble. A part donc si le combat médiéval et cette période vous passionnent, ce n’est pas une lecture que je recommande.

300715_Mongoliad2300715_Mongoliad3

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :