Communardes: Les éléphants rouges, et l’Aristocrate fantôme

février 14, 2016

140216_Communardes

Communardes, c’est une série de BDs qui ne se suivent pas, avec des dessinateurs différents, mais un scénariste et un thème identiques. Le thème : les femmes dans la commune de Paris, donc forcément ça me parle, et le scénariste : Lupano, excellent sur les vieux fourneaux (et quelques autres d’ailleurs). Sur cette base, on a donc pour commencer deux BDs assez différentes. L’une, les éléphants rouges, s’intéresse au siège de Paris par le petit bout de la lorgnette : une petite fille fan des éléphants du zoo de vincennes, et sa bande. C’est touchant, très bien vu sur les conditions de vie populaires et les difficultés du siège, souvent drôle mais surtout assez triste au final. Globalement très réussi, j’ai vraiment aimé (et pour le coté triste, honnêtement, à partir du moment où on parle de la commune de Paris…). L’autre, l’Aristocrate fantôme, se déroule bien plus au coeur des événements, avec une aristocrate russe tentant d’organiser des comités de femmes pour se battre et s’attaquer à la vraie racine du déséquilibre des forces : la Banque de France. C’est plus classique comme approche mais c’est joliment tourné, et très pertinent politiquement. Et, là aussi, ça se finit de manière triste, on y coupe pas. Globalement, deux BDs que je trouve bonnes et agréables mais qui ne se hissent pas au niveau des vieux fourneaux, ce qu’on peut difficilement leur reprocher mais qui reste un peu regrettable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :