Monster Hunter International, de Larry Correia

juillet 25, 2016

250716_MHI

Bon, alors j’avais quelques doutes avec la série précédente, mais là, je n’en ai plus : j’ai vraiment des divergences de vues profondes, politiquement, avec Larry Correia. Et, oui, dans ce roman-là, je l’ai vraiment senti, et ce sera sans doute une raison suffisante pour ne pas continuer cette série. Pourtant, c’est efficace et distrayant. L’idée est simple : les monstres existent, de nombreuses formes différentes, et le gouvernement américain n’est pas le seul à les chasser, il existe aussi une agence privée, une firme familale américaine vraie de vraie, qui s’en occupe. On suit donc une nouvelle recrue de Monster Hunter International, qui va rapidement se retrouver pris dans une histoire de très gros monstres, avec conquistador immortel et puissances cthuliennes en arrière-plan. De quoi faire du bon pulp nerveux et détendu, et c’est le cas. Maintenant, le coté libertarien affirmé, voire défendu ouvertement, l’amérique profonde et le culte du flingue poussé à ce point (parce que oui, outre se moquer du gouvernement, on parle quand même pas mal de modèles de flingues et de customisations diverses, et on sent l’auteur avoir l’eau à la bouche autant que ses personnages), ben non, moi ça me fait un peu trop. Si ça ne vous bloque pas, voire que ça vous plait, c’est du bon pulp efficace pour se distraire. Si ça vous bloque, ne serait-ce qu’un peu, mieux vaut ne pas y aller du tout, ça va vous faire grogner.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :