The Quarry, de Iain Banks

septembre 18, 2016

180916_quarry

Le dernier Iain Banks, donc. Le vrai dernier. En pas SF. Je me le gardais depuis longtemps et ça m’a fait un petit bout des vacances. Que dire si ce n’est que c’est effectivement du Banks, sans la moindre question. Sans doute pas le meilleur, mais certainement pas le moins bon non plus. En Angleterre, aujourd’hui, un jeune adulte, autiste, vit seul avec son père en phase terminale d’un cancer. Un père qui a mené une vie de débauche et de ruptures, d’éternel étudiant provocateur. Et ce père convoque ses amis d’université pour un dernier week-end, avec comme prétexte/chantage une cassette vidéo de leur jeunesse. Qui pourrait nuire à leurs carrières, pour ceux qui en ont une. Et c’est donc une fois de plus des personnages vivants, complexes, drôles et décalés qui vont discuter, s’engueuler et se révéler, comme Banks sait si bien le faire, dans un huis clos à la fois débauché, nostalgique et inquiet. Dans lequel, bien sur, on parle et on tourne beaucoup autour de l’idée de la mort, et de ce qu’est une vie satisfaisante. Avec un finesse évidente, et sans faire trop de manière. C’est globalement un roman que j’ai trouvé assez nostalgique, assez triste sur le fond, tout en gardant une forme vivante et pleine de petites étincelles. Bref, rien d’inattendu, et rien de décevant : c’est le dernier Banks.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :