The BFG, de Steven Spielberg

novembre 7, 2017

071117_The_BFG

Roald Dahl, en livres, c’est quand même vraiment très très bien. Et pour peu que vous ayez eu la chance de le lire enfant, ça a des chances de vous avoir laissé de bons souvenirs. Et des images colorées. D’où la difficulté à le traduire en film. Heureusement, jusque là, ce n’est pas n’importe qui qui s’y colle (cf James et la grosse pêche et Charlie et la chocolaterie notamment). Ici, c’est Steven Spielberg, et beaucoup d’images de synthèse. Oui, parce que le bon gros géant, forcément, il est en images de synthèse… parfaitement réussies et intégrées. Il est touchant, plein d’expressions de visages et de finesses. Et il est drôle comme dans le livre, et poétique, et décalé. Bon, ce n’est pas le livre, mais c’est une adaptation que j’ai trouvé très réussie, aussi bien d’un point de vue narratif que visuel. Et qui se permet d’assumer le côté décalé du scénario jusqu’au bout. C’est tellement bien fait que ça n’a l’air de rien, ce que je trouve tout à fait admirable en termes de réalisation. C’était un peu passé inaperçu pour moi au moment de la sortie, mais je vous le conseille grandement, à tous les âges.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :