230417_Cosy_corner

Le cosy corner, un de nos restos préféré, à déménagé. Pas loin, ça reste en plein dans le Vieux Lyon, mais c’est encore vachement mieux qu’avant. La cuisine est toujours excellente, avec des hamburgers de grande classe (et même des pains sans gluten si on demande, ce qui est un vrai bonheur en ce qui me concerne) mais aussi un peu plus de plats traditionnels que précédemment, notamment un plat du jour. De ce coté-là, donc, petite amélioration mais on était déjà au top. En termes de lieu, par contre, c’est vraiment mieux. Plus grand, plus lumineux, avec à l’intérieur une vue sur une petite cour intérieur très jolie, et surtout à l’extérieur, une grande terrasse sous les arbres avec de la place et pas trop de monde qui passe (devant la mairie du cinquième). Donc, si vous n’y étiez pas allé avant, je vous conseille à nouveau, et encore plus, d’aller essayer. En plus, elles sont super sympa.

280515_Cosy1

Le Cosy Corner, c’est une sacrée bonne adresse, en particulier pour des hamburgers, et comme je ne suis pas comme ça, je la partage. C’est dans le Vieux Lyon, caché derrière le Palais du Change, au milieu des bouchons à touristes. Mais pour le coup, c’est tout sauf un resto à touristes, c’est un petit resto cosy où déguster des hamburgers très très très bons (et quelques autres trucs aussi, hein, mais quand même, d’abord, ce sont des hamburgers). Avec du pain de boulanger, de la vraie viande, et des tas d’autres choses selon les gouts, mais tous cuisinés pour de vrai, avec des vrais assemblages de sauces maison qui méritent le détour. Servi avec des patates sautées maison (pas diététiques, c’est sur, mais c’est bon) et de la salade. Et pour tous les burgers, il y a une option double, mais honnêtement, il faut vraiment avoir faim faim. Même avec la version normale, il est rare qu’on arrive à prendre un déssert derrière (alors que les désserts font envie aussi). Bref, c’est du hamburger, mais avant tout, c’est de la vraie bonne cuisine. Pour ne rien gacher, l’endroit est très chouette, tout petit mais accueillant, avec une terrasse vraiment agréable pas beau temps. Et surtout, l’équipe est vraiment hyper sympa. Non, vraiment, si un week-end, vous avez envie de vous faire un bon repas détendu dans un petit resto qui ne paie pas de mines mais dont vous sortirez repu et avec le sourire, c’est une adresse à ne pas rater. Pour dire, ça devient une de nos références de week-ends de beau temps.

280515_Cosy2

Wasabi est un restaurant japonais un poil haut de gamme, mais dans lequel on en a pour son argent. C’est même, de mon expérience, sans doute le seul sur Lyon à proposer de la cuisine de cette qualité. Parce que, oui, on est pas dans le sushi standard fait en séries, là, on est dans un vrai restaurant, avec un vrai sushi-master qui vient personnellement vous expliquer quelles sont les spécialités du jour et comment les déguster. Ce qui fait une vraie différence en termes d’ambiance d’une part, mais aussi, et surtout, de qualité des plats. Ils sont variés, très fins, très frais et avec de vraies spécialités du moment, originales et très réussies. Question nourriture donc, c’est vraiment très bon, et je le conseille à ceux qui veulent essayer du japonais de qualité supérieure. Question cadre, c’est aussi très agréable, avec un aménagement chaleureux et varié, un service attentif et une déco personnelle et pas trop stéréotypée, ce qui est agréable aussi. Au final, nous étions vraiment très content de cette découverte, et je le conseille sans réserve à ceux et celles qui veulent essayer un restaurant japonais au-dessus de la moyenne de ce qu’on trouve habituellement par chez nous.

 

Sucrés et salés est un tout petit traiteur-resto qui ne paie pas de mines, perdus au milieu des nombreux autres restaurants de la rue Chevreul, mais il mérite le détour. Il s’agit d’un restaurant coréen, qui propose donc des plats coréens, mais aussi japonais (encore que les plats japonais qu’il propose soient sans doute aussi coréens, mais je ne suis pas assez compétent dans le domaine pour en être complètement certain). Et j’aime beaucoup ce que j’y ai découvert de la cuisine coréenne. C’est souvent épicé, et globalement plus gras et plein de sauces que la cuisine japonaise, mais je trouve ça intéressant et amusant. Bon, on peut éviter les beignets au chou, voire les okonomiyaki, moins bon que les vrais okonomiyaki japonais, mais le reste est tout à fait à mon goût. Et accessoirement, l’épicerie, et notamment la boisson à la cannelle, vaut le coup aussi. Il se trouve qu’en plus, ce sont des tarifs de petit traiteur et pas de vrai resto, mais par contre ce n’est ouvert le soir qu’en fin de semaine (mais on peut emporter).

Taste and See, c’est d’abord un lieu dans lequel on se sent accueilli, sans faire de manière mais chaleureusement, par le jeune couple qui y fait la cuisine, le service et la conversation. Ils sont taïwanais, et du coup la nourriture, et la boisson tout autant. Les choix sont limités puisqu’il s’agit d’un petit resto informel ouvert pour midi et toute l’après-midi (parce qu’à Taïwan, on mange plus facilement à n’importe quelle heure). Les plats eux-mêmes sont simples et plutôt attendus, mais très bons : nouilles sautées, riz et boeuf en sauce. Ce qui fait le plus vraiment intéressant, ce sont d’une part les petits trucs chauds servis en à-cotés, et les boissons. Les petits trucs : saucisse taïwanaise, délicieuse, et pop-corns de poulet (on dirait des nuggets mais en fait non, c’est épicé, inattendu et vraiment très bon). Et les boissons : le zenzoo, ou bubble tea. Il s’agit de thé, froid ou chaud, au lait ou non, parfums variés (je recommande le taro chaud, mais vous avez le choix), dans lequel se trouvent des boules de tapioca. Et là, du coup, le point fort, c’est à la fois la texture et la dimension ludique puisqu’on les aspire à l’aide d’une paille de diamètre pour le moins inhabituel. Au final, pour dix euros, vous avez un menu complet de découvertes culinaires, à n’importe quelle heure de la journée, et, en bonus, si vous avez de la chance, des films chinois en arrière-plan (si vous n’avez pas de chances, ce sera des sitcoms allemandes). Donc, vraiment, un lieu à fréquenter, à recommander et à re-fréquenter pour des fringales en journée.

 

Mochis.

mars 21, 2011

Je ne pense pas vous faire découvrir les Mochis, cette rare forme de dessert japonais tout à fait intéressante, mais si c’est le cas, vous n’aurez pas perdu votre temps de toutes façons. Non, je voulais vous signaler qu’on en trouve maintenant, de parfums variés, facilement dans les mini-marchés asiatiques de la Guillotière. Jusque là, on ne trouvait des ces desserts couilliformes qu’en parfum thé vert ou rose. Depuis peu, c’est la révolution, un nouveau conditionnement a atteint nos côtes lyonnaises et pour trois euros la boite de six, vous aurez le choix entre : Taro (une merveille, c’est devenu un de mes desserts préférés), Thé vert (toujours très bien), Cacahuètes (il paraît que quand on aime le beurre de cacahuètes, c’est très satisfaisant), Sésame (fourré et nappé au sésame, pour moi c’est beaucoup trop, mais si vous avez le sésame, ça semble gagnant), Haricot rouge (à part pour le coté exotique, j’ai du mal à souscrire) et Noix de Coco. Dans tous les cas, la texture est excellente, gélatineuse mais pas trop, très doux et qui ne colle pas au papier. Pour le goût, ça dépends des goûts mais ceux qui sont aux miens m’ont vraiment beaucoup plu. Bref, il est temps de vous mettre aux Mochis, et c’est devenu facile.

Oto-oto est une izakaya, c’est-à-dire, comme nous l’expliquait un vieux japonais rencontré sur place, un bouchon japonais, une petite auberge pour venir manger rapidement entre amis de manière plus ou moins informelle. C’est la première Izakaya à Lyon, et ça permet de se faire un resto japonais pas cher et proposant des plats finalement assez variés et très bons. Comme, en plus, le principe est de se partager des entrées variées à picorer, ça a un coté très convivial et détendu. Les plats chauds vont des nouilles (ramen ou Udon, avec diverses garnitures) à diverses viandes et poissons cuisinés. Pour les désserts par contre, c’est comme d’hab en japonais, vous pouvez laisser tomber. Signalons cependant une vraie carte de sakés. Le lieu lui-même est très agréable, décoré entièrement de panneaux de bois semblables à ceux des caisses de poisson du marché de Tokyo, c’est-à-dire couverts de kanjis et de poissons et poulpes stylisés, ce qui donne une ambiance très sobre mais très japonaise, avec en plus des petites alcoves quand on vient en groupe. Et pour finir, l’accueil est très sympathique et c’est pas cher (plats en dessous de 10 euros, donc un total autour de 15 avec entrée et boisson). Donc n’hésitez pas à tester, moi j’y retournerais régulièrement.